MENU

Grenettière

2135
3

Lieu : La Grenettière, Saint Pierre de Chartreuse (38)
Calendrier : 2010-2014
Maîtrise d’ouvrage : Privé
Programme : Extension et sur-élévation d’une habitation avec création bureau en RDC et garage couvert
Budget : NC
Surface : Avant 50 m² – Après 120 m²
Equipe maîtrise d’œuvre : asa – Architecte (Phase APD) PC non soumis au recours à l’architecte
Maîtrise d’Oeuvre – Charpente : Michel Bacuzzi “L’atelier des Granges”

Le terrain est actuellement bâti dans sa partie basse, côté rue, par une maison d’habitation.
Celle-ci se présente sous forme d’un soubassement en moellons de parpaing surmonté d’une ossature bois avec un toit à deux pentes. Une terrasse en bois est juxtaposée à la maison sur la face sud.Le bardage est réalisé avec des lames horizontales au niveau des murs, et à 45° au niveau des pignons.L’isolation est à refaire notamment sous le toit, où seule la partie habitable des combles est isolée, générant des surchauffes importantes en été.
Les espaces libres actuels sont constitués d’espaces verts mixtes avec des surfaces engazonnées, des plantations d’arbustes et de haies vives, le tout d’organisation assez libre. On note la présence d’un noyer situé sur le côté sud de la construction.Les limites séparatives du terrain sont essentiellement bordées de haies vives.
La zone où se situe la parcelle est caractérisée par un tissu urbain de faible densité, constitué essentiellement d’habitats individuels discontinus, orientés de façon identique.
La construction actuelle correspond stylistiquement à un  chalet de montagne qui n’est pas dans le style Chartrousin. La réhabilitation tire profit des éléments essentiels à revoir pour redonner un caractère authentique, en terme de volumétrie comme dans le choix des matériaux.
Le projet s’inspire en cela de l’architecture vernaculaire sans le recopier, tirant profit du dénivelé et de l’implantation Est/Ouest avec ses points de vue sur la colline et la vallée, mais en s’adaptant à des usages en mutations. Il s’agit de fonder une base pérenne pour re-bâtir un logis en respect avec son environnement (isolation haute performance,matériaux locaux et écologiques) et évolutif (optimisation de l’espace, optimisation de la structure).

L’extension en ossature bois sera réalisée avec du bois issu des forêts du Massif de la Chartreuse et isolée soit en laine bois soit en ouate de cellulose.Le toit sera recouvert de tôles ondulées (identiques à l’existant) de teinte sombre et observera un débord d’environ 1 mètre sur les pignons Est et Ouest, et un débord d’environ 70cm sur les versant Sud et Nord.Ce matériaux garantie une très bonne durabilité tout en réduisant la charge qu’aura à reprendre la structure existante une fois sur-élevée. La présence d’”accroches neige” sur le toit reflète la prise en compte des conditions climatiques en vigueur dans le Massif de la Chartreuse.

L’extension projetée vient dans le prolongement arrière du volume actuel, c’est à dire à l’Est, et oriente donc la vue vers la colline. Elle prend la forme d’un volume de 20m² au sol, tronqué au Sud, où prend place une terrasse accessible depuis l’étage de vie, faisant écho à celle déjà installée près du noyer.Le dénivelé naturel du terrain est pris en compte et permettra d’accéder à cette terrasse depuis le jardin, à l’Est. Cette volumétrie, similaire à certaines constructions voisines, sera cependant optimisée en toiture.
Offrant la possibilité d’ombrager facilement la terrasse, les chevrons laissés apparents permettent en outre de conserver une volumétrie structurante.Sur la façade Ouest, deux baies sont créées à l’étages et viennent s’aligner avec celles du dessous, ne modifiant que sensiblement la lecture actuelle. Au nord, seules des ouvertures en imposte, au niveaux des sanitaires, viendront “fragilisées” thermiquement la façade alors que les percements de l’Est accueilleront les premiers rayons du soleil. Ces derniers passeront ensuite sur une façade Sud protégée des surchauffes d’été par un appenti abritant le sas.Une étude d’ensoleillement en cours permettra d’optimiser le pourcentage de surfaces vitrées.

Le budget serré contraint les intentions dimensionnelles des baies pour mieux se concentrer la performance de l’enveloppe, sur le dessin d’une modénature fine, épurée et des menuiseries justement dimensionnées.
La surélévation nécessaire à la création d’un espace nuit dédié nous amène à modifier la pente du toit, qui vient ainsi sur la limite et permet de créer un auvent protecteur de la façade.
Cette surélévation permet également d’optimiser l’emprise au sol actuelle en limitant la surface de l’extension.
Implantée dans la pente, la construction affirme de fait une position dominante mais pas obstentatoire. AS